• IMG_20160919_081144

    L’instinct humain est-il perdu?

    « Nous définirons l’instinct, conformément à l’usage général, une activité dont les conditions internes sont des propriétés primitives de l’organisme. Instinctif signifie donc inné, préformé et s’oppose à ce qui est acquis ou inventé par l’individu. »

    Définition donnée par Paul Guillaume, psychologue.

    Nous sommes des Êtres en évolution constante et l’histoire nous a montré que l’humain a réussi à s’adapter depuis des millénaires.Nous sommes donc des mutants! Nous possédons un instinct de survie comme tous les animaux étant nous mêmes des mammifères. Quand l’animal est blessé ou malade, son organisme se met en mode survie et il arrête de manger. Le petit enfant fait de même et si on l’écoutait il ne voudrait pas manger. L.évolution nous a appris à jeûner par besoin et ainsi on a appris à résister au manque. Bénéficier de repas régulier est très récent dans l’évolution et ce n’est la réalité que pour une minorité de la population mondiale. Notre société nous a demandé de nous adapter à des horaires et habitudes modernes. Dans l’intensité de cette vie  »civilisée » nous perdons la connection avec la partie de nous qui connait nos besoins innés. Le mental a pris le dessus et nous nous laissons guider par l’extérieur…par les études scientifiques, les modes alimentaires….
    Nous sommes une société de surconsommation et de suralimentation. Ce qui permet aux industries, lobbyistes, compagnies de toutes sortes de gagner beaucoup d’argent. On a oublié que depuis des millénaires la race humaine survit sans tous ces artifices!
    La suralimentation est un phénomène nouveau dans l’évolution humaine et notre patrimoine génétique n’est pas (encore) adapté…. On doit apprendre à gérer cette abondance ou écouter notre propre instinct en retrouvant un rythme qui nous est propre. Les maladies dites de  »civilisation » sont toutes des maladies nouvelles, inconnues il y a des centaines années, et qui sont en progression constantes. Allons nous attendre encore longtemps pour ouvrir les yeux et décider de prendre notre vie en main?
    L’organisme est capable de vivre en jeûnant mais se rend malade en mangeant trop….
    Nos ancêtres vivaient des temps de famine ou des temps de  »vache maigre »comme ils disaient quand les réserves étaient au plus bas. Ils vivaient alors un jeûne.
    Lors d’un jeûne le corps diminue sa sécrétion d’insuline et augmente la sécrétion de glucagon pour aller chercher les réserves de sucre. Il va chercher ensuite dans les muscles où sont stockés les acides aminés qui vont alors être transformés en glucose. Mais l’intelligence du corps (ou son instinct) va ensuite brûler les gras soit les lipides , car une trop grande perte musculaire pourrait être dommageable.Lors d’un jeûne les cellules se mettent en mode défense et se protègent. C’est pour cette raison qu’une recherche a montré que lors d’un traitement de chimiothérapie, il vaut mieux jeûner que manger. Les cellules saines se protègent ainsi des substances toxiques du traitement. Les cellules anormales n’ayant pas cette capacité de se protéger seront alors plus sensibles au traitement.
    Mais pour garder une santé et une vie harmonieuse ne serait-il pas mieux de retrouver notre instinct et de jeûner? Pour commencer pourquoi ne pas choisir une journée dans la semaine pour jeûner?
    Les bénéfices seront nombreux et votre bien-être renouvelé!